OSE : réponse ouverte à 60 Millions de Piétons

0

L’association 60 Millions de Piétons a soumis à tous les candidats un formulaire de 40 questions.

Voici les réponses de la liste OSE à ces quarante questions :

1) Constat sur la situation du piéton à Orléans

Le constat est très similaire à celui qui a été fait en amont de la définition d’une nouvelle politique cyclable à Orléans : il y a actuellement beaucoup de « bout d’itinéraires » aménagés mais aucune cohérence d’ensemble pour faire des parcours à pieds pour aller d’un point A à un point B de la ville.
Il existe de nombreux « points noirs » quand on veut se déplacer à pieds dans Orléans (franchissement de la Loire, mails, …) qui interrompent les parcours et compliquent ce mode de transport pourtant économique, efficace, non polluant et bon pour la santé. Les parcours les plus courts et les plus évidents ne sont pas les plus sécurisés car la priorité est donné aux véhicules motorisés (en général la chaussée) puis aux véhicules non motorisés (parfois même sur le trottoir) et enfin en dernier lieu aux piétons.
Le centre ancien entièrement piétonnisé constitue une zone où les piétons ont réellement la priorité sur tous les autres modes de transport et il s’agit d’une vraie réussite des municipalités précédentes qu’il convient de reconnaître. La zone intra-mails mais hors zone piétonnisée est en revanche constituée de petites rues étroites très compliquées/dangereuses à utiliser pour les piétons (trottoirs parfois très étroits et souvent non réglementaires).
Pour le reste on retrouve à Orléans les mêmes problèmes que dans la plupart des villes de cette taille, avec peut-être encore moins d’attention que dans d’autres villes portée aux publics fragiles (sécurisation des abords des écoles pour ce qui concerne les enfants ou aménagement des trottoirs pour les personnes à mobilité réduite).

2) Notre projet pour avoir une ville plus accueillante pour les piétons

La valorisation et la sécurisation de la marche à pied pour les déplacements fait partie intégrante de notre programme et constitue même un des objectif premiers du pilier intitulé dans notre programme « la ville en transition ».
En effet dans la partie de notre programme sur « les mobilités » nous rappelons que nous ferons en sorte de favoriser les mobilités douces, dont en premier lieu la marche à pied. Beaucoup de mesures qui sont décrites dans le cadre de notre programme concernant la politique cyclable sont par ailleurs duplicables ou intègrent déjà les problématiques soulevées par la marche à pied. Des mesures sont également présentes dans les parties « éducation », « solidarité », « tranquillité publique » ou « prise en compte du handicap ».
Notre programme complet est consultable sur notre site internet à l’adresse suivante : https://www.orleans-solidaire-ecologique.org/

La philosophie de notre politique mobilité est de « séparer les flux de circulation » selon les modes de transport. Hors zones de rencontre (centre-ville piétonnisé) et certaines rues spécifiques à vitesse très réduite pour les voitures (rue Serpente par exemple) pour éviter les conflits d’usage il est recommandé de séparer les flux selon les modes de transports : voitures et autres engins motorisés / véhicule non motorisés / piétons.
C’est une vraie rupture avec la politique menée à Orléans depuis des dizaines d’années qui est d’essayer de faire de la place dans les mêmes rues aux vélos et aux piétons mais sans toucher à la place prise par les véhicules motorisés.
La séparation de ces flux peut être dans une même rue (pistes cyclable matérialisées, trottoirs larges, …) si la place le permet, mais également via des itinéraires différents selon les modes de transports en donnant alors la priorité aux usagers les moins équipés (les piétons puis les cyclistes) plutôt qu’aux véhicules motorisés.
Le but de notre politique de mobilité est de protéger en premier lieu les usagers les plus fragiles (les piétons) par rapport aux usagers moins fragiles (les utilisateurs de véhicules non motorisés) et par rapport eux-mêmes aux usagers les moins fragiles (les utilisateurs de véhicules motorisés). Pour pacifier les rapports entre les différents usagers nous proposons l’adoption, la diffusion d’un « code de la rue » et ferons en sorte qu’il soit respecté (consignes à la Police Municipale qui sera recentrée vers cette mission initiale et prioritaire).

Plus précisément voilà notre analyse point par point des 40 propositions faites par votre association :

Les propositions qui sont déjà dans notre programme :
1- L’élaboration d’un schéma directeur « piéton » ayant pour objectif d’augmenter la part modale de la marche de 30% et de diminuer l’accidentalité piétonne dans les mêmes proportions durant le mandat, reposant sur un audit indépendant de la voirie, et débattu en concertation avec les habitants et les associations agissant sur ce thème.
3- La mise en place d’un comité de suivi de l’exécution de ce plan marche (ou dans le cadre d’une commission extra-municipale des mobilités et de leur sécurité).
4- La nomination d’un référent piéton au sein de l’équipe municipale, formé aux problématiques de la marche à pied, garant de la prise en compte des piétons dans les projets municipaux (voirie, urbanisme, transports, accessibilité, ..).
7- L’intégration dans le Plan local d’urbanisme et dans son projet d’aménagement de développement durable d’exigences relatives à la continuité et à la qualité des cheminements piétons et leur contrôle dans l’attribution des permis de construire des projets.
9- La suppression de toutes les discontinuités des cheminements piétons et de tous les effets de coupures des infrastructures de transport (routes, voies ferrées, tramway, site propre, ..) aussi bien en centre-ville, que dans ses quartiers excentrés, dans les centres commerciaux périphériques, par la création de trottoirs, de passages piétons à distance régulière et au besoin de passerelles ou de passages souterrains.
10- La continuité des cheminements piétons avec les communes voisines.
13- L’introduction d’une sensibilisation à la pratique de la marche à pied et à ses bienfaits dans les écoles primaires et les centres d’activités.
14- Un programme de libéralisation des trottoirs (suppression des pistes cyclables, contrôle des encombrements des terrasses de cafés, restaurants et autres commerces, suppression de tout obstacle sur une largueur d’au moins 1,40 mètre…).
17- Le contrôle des chantiers neutralisant un trottoir pour imposer la continuité du cheminement sans avoir à traverser deux fois la chaussée.
19- L’élaboration d’un plan de circulation ayant pour objectif la hiérarchisation du réseau identifiable : voies à 50 km/h, zone 30 et de rencontre, aires piétonnes.
20- Le réaménagement des zones 30 et des zones de rencontre lorsqu’elles existent, non conformes aux règles de l’art.
33- La suppression des pistes cyclables sur les trottoirs.
34- La suppression des double-sens cyclables lorsque la sécurité des traversées piétonnes n’est pas assurée (masque dû au stationnement).

=> Toutes ces propositions font partie intégrante de notre programme. Des réponses ont été données à des questions similaires mais pour le vélo au questionnaire de la Vélorution :
http://velorutionorleans.org/elections-municipales-2020/#Orleans

12- La réalisation de bancs ou d’assises à intervalle régulier pour le repos des personnes
âgées.

=> C’est prévu également, voir programme « solidarité »

18- Le déblaiement prioritaire des trottoirs en cas de neige et de verglas, de la responsabilité de la municipalité.
22- La création de rues écoles au droit des établissements scolaires du primaire.
27- La suppression du stationnement, autre que les deux-roues, cinq mètres en amont des passages piétons.
28- La réalisation d’une ligne d’effet des passages piétons sur les voies à 50 km/h.

=> Ce n’est pas indiqué explicitement dans le programme mais nous mettrons en place ces propositions.

29- La réalisation des aménagements au droit des passages piétons pour les personnes à handicap visuel (dispositif de guidage).

=> C’est dans le programme sur l’inclusion et le handicap

38- L’interdiction de stationner sur les trottoirs et dans les aires piétonnes des vélos et EDPM.
39- L’interdiction de circuler à vélo ou engin de déplacement personnel sur les trottoirs

=> C’est la contrepartie d’une politique cyclable efficace que les vélos ne circulent ni ne stationnent plus sur les trottoirs.


Les propositions qui ne sont pas dans notre programme mais qui sont pertinentes et qu’il est envisageable de mettre en place durant le mandat :

2- L’adoption d’un plan annuel « piéton » programmant et budgétisant les projets d’aménagement.
=> Sur le modèle du « Plan Vélo » qui doit être mis en place

5- La mise en place d’un observatoire des déplacements piétons comprenant un dispositif de déclaration à la municipalité de chaque accident dont est victime un piéton en vue d’y remédier.
6- La réalisation d’une enquête de type REAGIR pour tout accident où un piéton est gravement accidenté.

=> c’est important de faire des retours d’expérience en cas d’accident. Ceci est sans doute déjà fait ?

15- Un programme d’entretien et de nettoiement des trottoirs (suppression des défauts de planéité, contrôle de l’adhérence, …).
23- Le contrôle périodique des temps de sécurité pour la traversée des piétons (d’au moins une seconde par mètre de traversée) dans les carrefours à feu.
24- L’audit des carrefours « accidentogènes » pour les piétons pour en vérifier la conformité aux règles de l’art (compacité, lisibilité) visibilité).
25- Le traitement de la sécurité des piétons face au mouvement de tourne à droite des véhicules (avancée du passage piéton et du trottoir).
26- Le contrôle du bon fonctionnement des feux piétons souvent désactivés.
30- L’audit indépendant et périodique des passages piétons (visibilité mutuelle piétons, véhicules, distance pour accéder au passage et distance de traverser, vitesse. d’approche des véhicules, contrôle du temps de sécurité pour les feux piéton, …) et mise en œuvre d’un programme de mise en conformité avec les règles de l’art. 32- L’amélioration de la qualité du marquage du passage piéton et son entretien régulier (maintenance de son caractère rétro-réfléchissant).

=> Ce sont des mesures de bon sens que nous tacherons de mettre en place.

Les propositions qui ne nous semblent pas pertinentes à mettre en place, en l’état actuel :

8- La mise à jour du plan de mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics (PAVE) pour tenir compte de l’intrusion des nouvelles mobilités (trottinettes électriques et autres EDPM), avec confirmation de leur interdiction de circuler et de stationner sur les trottoirs.

=> Pas/peu de conflits d’usages pour le moment sur Orléans

11- La mise en place d’une signalétique piétonne (distance- temps de parcours) pour rejoindre les pôles d’attractivité : gare, écoles, commerces et zones commerciales, équipements municipaux.

=> Même réponse que la question 15 du questionnaire de la Vélorution qui posait la question pour le vélo : nous préférons ne pas encombrer l’espace public, privilégier les applications dédiées sur téléphone et cela doit être réservé aux zones touristiques :
http://velorutionorleans.org/elections-municipales-2020/#Orleans

16- Un programme d’éclairage des trottoirs.
31- L’amélioration de l’éclairage aux abords des passages piétons et non du passage piéton.

=> Ces mesures seraient en contradiction avec la volonté de diminuer l’éclairage urbain (économies d’énergie et préservation de la biodiversité)

21- La fixation par arrêté municipal de l’allure du pas à 4 km/h en tout lieu où elle est exigée par le Code de la route.

=> La police municipale devrait pouvoir faire respecter cela sans avoir besoin d’un arrêté municipal.


36- La limitation de la vitesse sur les pistes et bandes cyclables à 20 km/h.

=> en théorie les piétons ne circulent pas sur les pistes et bandes cyclables. Voir notre proposition « de séparer les flux ».

37- Le pied à terre des vélos et EDPM dans les aires piétonnes.

=> cela interdirait de fait la circulation des vélos dans tout le centre-ville « piéton » d’Orléans et il ne nous semble pas qu’il n’y ait des conflits d’usages récurrent dans le centre-ville.


Les propositions qui ne concernent pas (ou pas encore) Orléans :

35- La suppression du « cédez le passage des vélos » dans les carrefours à feu dès lors que le flux piéton est régulier.

=> Pas/peu de carrefours où des flux piétons sont réguliers

40- Un cahier des charges des opérateurs de free-floating imposant la gravure d’un numéro d’identification permettant la verbalisation des véhicules.

=> Pas de free-floating à Orléans. A moins que la question ne concerne les vélos en libre-service ?

Au final 21 propositions sont déjà dans le programme, 10 propositions peuvent être mises en place durant le mandat, 7 propositions ne nous semblent pas pertinentes à Orléans ou sont en conflit avec d’autres priorités et 2 propositions ne concernent pas Orléans.

0
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.