Dominique Masson

Je m’appelle Dominique Masson, je suis une jeune retraitée du Ministère de la Culture. Je suis mariée, mère de deux enfants, grand-mère de deux petits-enfants.

Orléanaise depuis 50 ans, je connais très bien les évolutions de la ville, je pratique et fréquente de nombreux lieux culturels et associatifs d’Orléans et des communes alentours. J’habite au nord d’Orléans, dans le quartier des Aydes-Blossières-Murlins depuis 1982 .

J’ai travaillé au ministère de la Culture, à la DRAC Centre-Val de Loire, notamment comme Conseillère pour les jardins et le patrimoine mondial (Val de Loire UNESCO). J’ai donc une pratique des politiques culturelles et environnementales à l’échelon régional. Je m’engage dans la vie politique car pour moi, il y a deux urgences : le climat et la situation des femmes :

– en matière d’écologie, il faut mettre en œuvre les atténuations au dérèglement climatique : urbanisme durable, isolations des bâtiments publics et privés, plans d’eau, fontaines, création de nouveaux parcs, végétalisation, alimentation, transports, etc.

– féministe depuis mon adolescence, j’ai notamment été adjointe à la Déléguée régionale des droits des femmes, détachée pendant 6 mois à la Préfecture du Loiret.

Eco-féministe, je pense que l’exploitation des ressources de la terre et la domination des femmes relèvent de la même volonté d’asservissement, néfaste pour la planète et néfaste pour les relations humaines. e voudrais qu’Orléans soit exemplaire en matière d’environnement et d’égalité femmes-hommes. Les trois mots choisis pour la campagne électorale « Orléans solidaire écologique » (OSE) expriment clairement le projet de l’équipe rassemblée autour de Jean-Philippe Grand.

0